The Netherland’s King says it with Flowers

King Willem Alexander spoke in flowery metaphors to the European Parliament expressing his feelings towards the unity of the European Union in response to the Brexit news. 

He said:Europe is in its diversity one. Everyone’s input is essential. The European bouquet isn’t complete without the Spanish Carnation, the French Fleur-de-Lys, the Greek acanthus, the Danish daisy, the German cornflower, the Austrian edelweiss, the Croatian and Hungarian iris and the Dutch tulips. And not without the English rose. « 

The Dutch have always been proud of our flowers, and this illustration just goes to show how powerful flowers can be even in politics! We would love to see this bouquet as described by our King in real life! 

La Toussaint

La Toussaint est la célébration de tous les Saints, connus ou inconnus. En 731 après J.-C., le 1er novembre fut déclaré journée de commémoration de tous les saints n’ayant pas de journée à leur nom. La date officielle du 1er novembre, reconnue par les Églises catholique et protestante, fut instituée par le pape Grégoire III (731-741), lorsqu’il consacra une chapelle à tous les martyres dans la basilique Saint Pierre à Rome et ordonna la célébration annuelle de cette fête. L’Église orthodoxe le célèbre le premier dimanche suivant la Pentecôte. Dans différentes cultures, la Toussaint est suivie de la Commémoration des fidèles défunts qui est une fête nationale de recueillement pour tous les disparus.

Généralement dans la plupart des pays, les familles se rassemblent et déposent des fleurs sur les tombes de leurs défunts. Étant donné la période froide de l’année, les fleurs le plus représentatives de cette célébration sont les chrysanthèmes en bouquet ou en pot.

Comment cette fête est-elle célébrée à travers le monde?

En France, la célébration est un jour férié appelé la Toussaint et chaque année, environ 25 millions de chrysanthèmes en pot sont déposés sur les tombes le 1er novembre, emplissant les cimetières français de couleurs.

En Angleterre, les familles se rendent sur les tombes de leurs proches disparus et apportent des bouquets de fleurs. Dans les églises, les noms des défunts sont parfois cités à la demande des familles et dans certaines régions, la journée peut également se terminer par une pièce de théâtre ou des chants.

En Suède, où les températures sont souvent très fraîches, la neige recouvre les rues. Un pot de bruyère en fleur, une variété résistante au froid, est le choix le plus commun pour agrémenter les tombes. La Toussaint n’est plus un jour férié officiel, mais beaucoup de Suédois prennent un jour de congé pour aller au cimetière ou rendre visite à leur famille. Les églises organisent des messes ou des concerts pour l’occasion.  Au XIXe siècle, certaines familles aisées vivant en ville ont commencé à allumer des bougies sur les tombes de leurs défunts. Cette coutume s’est ensuite répandue à travers le pays après la Seconde guerre mondiale. La Toussaint marque le premier jour de l’hiver et le début de la saison de ski alpin.

En Pologne, la Toussaint appelée Wszystkich Świętych  est un jour férié célébré le 1er novembre. Après la Toussaint et la Commémoration des fidèles défunts vient ensuite la fête de Zaduszki. C’est une journée très importante et respectée par les Polonais.
Chaque parking attenant au cimetière est totalement envahi et des vendeurs bordent les alentours des cimetières pour vendre des chandelles et des fleurs de saison.

Des gardes en uniforme sont postés sur les tombes militaires. Les chrysanthèmes sont les fleurs du jour et sont tout particulièrement associés à la mort. La lueur des bougies qui s’étend à perte de vue dans la nuit est impressionnante ; ces chandelles sont censées éclairer le chemin pour Dieu.

Les traditions en Slovaquie ressemblent beaucoup à celles de Pologne. Les Slovaques retournent dans leur foyer, parcourant souvent de grandes distances pour se rendre en famille au cimetière et se recueillir sur la tombe de leurs ancêtres.  Celles-ci sont recouvertes de fleurs et de bougies. C’est une journée de recueillement en hommage aux membres disparus. C’est aussi une journée consacrée à une réflexion sur la vie et l’occasion de partager un repas en famille.

Comme dans les autres pays d’Europe de l’est, la Slovénie fête la Toussaint au niveau national. Les officiels de l’État déposent des couronnes lors de cérémonies célébrées dans les cimetières à travers le pays.

L’Espagne célèbre ses morts du 31 octobre  au 2 novembre. Cette fête, communément appelée Jour des Morts, se traduit principalement par des défilés ainsi que des représentations de la pièce Don Juan Tenorio. A la fin de la journée, les gens se rassemblent dans les cimetières, prient pour les chers disparus et déposent des soucis et d’autres offrandes sur les tombes.

En Italie, la Festa di Tutti i Santi, est à la fois une fête religieuse et un jour férié qui se tient le 1er novembre de chaque année. La journée célèbre collectivement tous les saints catholiques. Elle est également l’occasion de voir sa famille et ses amis pour échanger des cadeaux et des vœux. Les Italiens portant le nom d’un saint sont également mis à l’honneur ce jour-là.

En Allemagne, la journée porte le nom de Allerheiligentag. C’est un jour férié dans certaines régions du pays. Les tombes sont décorées d’une bougie traditionnelle appelée Newweling  et constituée de deux mèches de différentes couleurs (rouge, blanc, bleu, jaune ou vert par exemple), emballées autour d’un cône et qui seront ensuite allumées.

Il est de coutume de se rendre à l’église le matin et d’écouter les sermons prêchant de se comporter comme un saint. Par la suite, les familles au complet se réunissent pour un grand repas et écoutent le carillon des cloches signalant l’arrivée des âmes des morts sur terre au côté des vivants. Après le repas, une procession est menée jusqu’au cimetière où les familles viennent s’occuper et entretenir soigneusement les tombes. Elles apportent en général des bougies ou des lanternes ainsi que des fleurs et des branches à feuillage persistant pour agrémenter les tombes. Les enfants reçoivent de leurs parrains et marraines le traditionnel Strietzel, un pain sucré tressé qui est souvent mangé l’après-midi lors du « Kaffee und Kuchen » qui suit le retour du cimetière.